IN THE MOOD LE MAGAZINE

DEPUIS 2003. LE BLOG POUR PLONGER "IN THE MOOD FOR CINEMA" SANS MODERATION. LE BLOG DE SANDRA MEZIERE, ROMANCIERE.

VICTORIA de Sebastian Schipper – Critique

Written by Sandra Mézière. Posted in Critiques de films à l'affiche, Critiques des films à l'affiche en 2015

Tagged: , ,

victoria2

Published on mai 02, 2015 with No Comments

victoria

« Victoria », un film allemand de Sébastian Schipper a reçu le grand prix du Festival International du Film Policier de Beaune 2015 ( dont vous pouvez retrouver mon compte rendu complet, en cliquant ici) et une mention spéciale du jury  de la critique. C’est aussi le film qui a divisé les festivaliers, les uns le trouvant ennuyeux et invraisemblable, les autres (dont je suis) le jugeant palpitant et passant outre les quelques invraisemblances (d’ailleurs justifiables puisque l’action est vue à travers le regard de l’héroïne, forcément biaisé, par l’adrénaline, la peur, et les différentes substances qu’elle a ingurgitées, de gré ou de force). Le réalisateur a suivi des cours d’art dramatique et a été comédien notamment dans des films deTom Tykwer et Anthony Minghella avant de réaliser son premier long « Les Bouffons » qui remporta le prix du meilleur Film en Allemagne en 1999. « Victoria » est son 4ème film. Il fut présenté en compétition à la 65ème Berlinale où il n’était d’ailleurs pas passé inaperçu.

A Berlin, à la sortie d’une boîte de nuit, Victoria, une jeune Madrilène (Laia Costa), fait la rencontre de Sonne et de ses trois amis. Les quatre hommes se sont visiblement attirés des ennuis et ils demandent à Victoria de les accompagner dans leur virée nocturne en leur servant de chauffeur. Mais la folle aventure tourne rapidement au cauchemar quand l’un des quatre hommes doit rendre un service à un homme qui lui a assuré protection en prison…

Le film débute par les lumières aveuglantes, stroboscopiques et dangereusement grisantes d’une boîte de nuit, rythmées par l’insidieuse violence de la musique techno nous plongeant d’emblée dans la même atmosphère, hypnotique et électrisante, que le personnage principal, Victoria, à qui les lumières, se dissipant, laissent ensuite place à l’écran, et que nous ne quitterons plus une seule seconde en 2H20 de film. Rien n’est laissé au hasard : ni le fait qu’elle soit en intérieur (le film s’achèvera en extérieur, symbole de son cheminement, de l’enfermement vers la liberté, de l’obscurité vers la lumière), ni l’envie de liberté qui semble être la sienne : elle se déchaîne sur la piste, veut offrir un verre au barman. Nous sommes prévenus : Victoria est libre ou du moins veut se sentir comme telle, n’a pas froid aux yeux, a envie de se sentir vivante. L’impression de vitalité est immédiate et fascinante. Je le répète souvent ici mais Truffaut disait de Sautet à propos de son cinéma « c’est la vitalité » et sans doute est-ce une des raisons pour lesquelles j’ai été autant fascinée par ce film comme je le suis par les films de Sautet. Ce film est en effet imprégné d’une vitalité, rare, dès la première seconde…jusqu’à l’ultime. Tout est dit déjà dans ces premières secondes : l’envie de liberté, de transgression, d’évasion, d’enivrement, l’aveuglement, la solitude, la brutalité.

On refuse l’entrée du club à quatre hommes que Victoria a entrevus quelques minutes plus tôt. La frontière est fragile entre la joie et la mélancolie, la sérénité et la violence. Tout semble pouvoir basculer d’un instant à l’autre. Ce sont de « vrais berlinois » heureux de rencontrer une petite madrilène, et réciproquement, heureux de ce vertige de la rencontre, de l’inconnu(e). Ils font connaissance sous nos yeux. C’est à la fois anodin et palpitant, singulier et universel. Parce que la caméra à l’épaule est là et se fait pourtant bel et bien oublier comme si la scène existait vraiment sous nos yeux, comme si nous en étions le complice, le sixième participant. Le réalisateur évoque son film « non pas comme un film de braquage mais un braquage ». Et c’est exactement ça. Nous oublions le dispositif, la salle, les autres, nous participons au braquage, sommes prisonniers volontaires de l’action, grisés comme Victoria par l’attrait du danger, par ce rythme échevelé qui fait battre les cœurs plus vite, plus intensément.

One girl. One city. One night. One take. Tel est le slogan sur l’affiche du film. Certes. Certes, on vous parlera avant tout de la virtuosité (réellement remarquable) de ce plan-séquence de 2H20 mais ce film n’est pas qu’un vain exercice de style. Il nous raconte vraiment une histoire, un parcours, des désirs : de vie, de palpitations, de liberté, d’ailleurs, d’amour que chaque plan du film exhale.

Il y a là quatre amis d’enfance, en somme une petite famille dont Victoria devient le cinquième membre avec Sonne le gentil du groupe, le moins déjanté, le plus malin, finalement peut-être le plus perdu (Frederick Lau), Blinker (Burak Yigit), Boxer, l’ancien taulard qui dit n’être pas vraiment méchant, et insiste tellement sur ce point qu’on se dit que quelque chose de pas très honnête doit se tramer (Franz Rogowski) et Fuß, qui fête son anniversaire, et déjà bien alcoolisé (Max Mauff). Les dialogues et les mouvements fusent pour ne laisser aucun répit, aucun repos, aucun temps mort, pour ne pas nous et leur laisser le temps de souffler, pour nous épuiser, nous faire redouter et espérer la seconde d’après qui forcément leur fera franchir un cran supplémentaire dans la violence jusqu’au point de non-retour, celui inscrit dans les premières secondes, ces lumières stroboscopiques, infernales et fascinantes, comme le danger, comme la mort. La vi(ll)e leur appartient. Nous sommes dans ce présent, palpitant et périlleux, avec eux. Et comme Victoria, nous les suivons, conscients du danger, et attirés par lui.

Victoria vole de l’alcool chez un épicier endormi puis ils vont sur le toit d’un immeuble, en murmurant comme ses nouveaux amis le lui ordonnent gentiment pour ne pas déranger les voisins. Le danger semble pouvoir surgir à tout instant. On chuchote pour ne pas le réveiller. Les rires ne semblent être que le masque de la peur, et de la violence, latente. Victoria frôle le vide, attirée par son vertige, pour l’éprouver, s’éprouver, et nous éprouver par la même occasion.

La caméra se contorsionne, vole, d’extérieurs en intérieurs, de boîtes de nuits aux voitures, braque les visages et les coeurs. Une scène dans le café où travaille Victoria et où se révèlent les personnalités et de Victoria et Sonne est un moment d’anthologie, de magie, tendre et émouvant, un vrai court métrage, une pause dans cette course folle dont la puissance est encore exacerbée par ce qui précède et par la suite qu’on redoute sans la deviner tout à fait. Nous sommes presque mal à l’aise d’assister à leurs échanges tant ils semblent réels, tant leurs sentiments respectifs semblent éclore sous nos yeux, tant l’alchimie crève l’écran, tant ils sont touchants. Vivants. Vibrants. J’ai du mal à croire que les dialogues aient été improvisés (et cela rend ce film d’autant plus réussi et impressionnant) tant tout cela semble ciselé, parfait… Alors que Victoria aurait pu rester tranquillement dans le café où elle travaille, elle va les suivre dans cette course « à bout de souffle », qu’elle attendait finalement, terrifiée par le vide de sa vie, l’ennui, happée par l’adrénaline, comme le spectateur. Les notes sublimes et violentes de « la valse de Méphisto » qu’elle joue, magistralement, au piano, sont comme un avertissement. Nous voilà prévenus. Ces deux-là aiment le diable, et le revendiquent…

En une nuit, dans ce Berlin cosmopolite, contrasté entre ses rues étrangement désertes et ses nuits enfiévrées, Victoria aura côtoyé le danger, l’amour, la mort, l’ivresse, au bord du vide (littéralement, ce vide qui l’attire dès le début)…et elle s’y jettera à corps perdu. Non, « Victoria » n’est pas qu’un vain exercice de style et qu’un plan-séquence ébouriffant, vertigineux, mais un récit d’apprentissage énergique, vivace, intense, une expérience initiatique pour son héroïne comme pour le spectateur, une rencontre avec des personnages furieusement vivants, épris de liberté et au bord du gouffre. Le portrait sublime et saisissant d’une jeune femme que nous suivons jusqu’au bout de la nuit, une jeune femme qui tombe, s’étourdit, dérive et se relève jusqu’au plan final qui nous laisse, enfin, reprendre notre souffle, suspendu pendant ces 2 heures 20 enivrantes, étourdissantes. Exténués. Eblouis. Et en attente, déjà, du prochain tour de manège…

« Je voudrais dire à cette merveilleuse comédienne que ce prix est aussi en grande partie le sien » a déclaré Danièle Thompson en décernant le grand prix. Evidemment, ce film ne serait pas ce qu’il est sans la justesse, sidérante, de ses comédiens, au premier plan desquels son incroyable actrice principale  dont le jeu et l’intensité jamais ne fléchissent et qui sont pour beaucoup dans notre envie de la suivre, de la croire, et de passer outre tout ce qui, dans un autre film, aurait perturbé cette croyance aveuglée.

La sortie est prévue le 1er juillet 2015. Courrez-y. J’y retournerai.

Share this Article

About Sandra Mézière

Romancière (auteur d'un premier roman "L'amor dans l'âme" et d'un recueil de 16 nouvelles sur les festivals de cinéma "Les illusions parallèles", publiés aux Editions du 38) et blogueuse. Passionnée, avant tout. Surtout de cinéma et d'écriture. Diplômée en droit, sciences politiques, médiation culturelle (mémoire sur le cinéma avec mention TB) et d'un Master 2 professionnel de cinéma. 15 fois membre de jurys de festivals de cinéma (dont 10 sur concours d'écriture). 23 ans de pérégrinations festivalières. Blogueuse depuis 13 ans. Je me consacre aujourd'hui à ma passion, viscérale, pour le cinéma et l'écriture par l'écriture de 7 blogs/sites que j'ai créés, 5 sur le cinéma et 2 sur le luxe et la mode ( http://inthemoodforcinema.com, http://inthemoodforcannes.com, http://inthemoodfordeauville.com, http://inthemoodforfilmfestivals.com, http://inthemoodlemag.com, http://inthemoodforhotelsdeluxe.com, http://inthemoodforluxe.com ), de romans; scénarii et de nouvelles. Pour toute demande (presse, contact etc) vous pouvez me contacter à : inthemoodforfilmfestivals@gmail.com ou via twitter (@moodforcinema ). Vous pouvez également me suivre sur instagram (@sandra_meziere).

Browse Archived Articles by

No Comments

There are currently no comments on VICTORIA de Sebastian Schipper – Critique. Perhaps you would like to add one of your own?

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.