IN THE MOOD LE MAGAZINE

DEPUIS 2003. LE BLOG POUR PLONGER "IN THE MOOD FOR CINEMA" SANS MODERATION. LE BLOG DE SANDRA MEZIERE, ROMANCIERE.

Critique de « La vie rêvée de Walter Mitty » de Ben Stiller

Written by Sandra Mézière. Posted in A la télévision ce soir, Télévision

Tagged: ,

waltermitty

Published on janvier 16, 2015 with No Comments

waltermitty

Remarque: Cette critique a été publiée lors de la sortie du film, d’où des références à des films à l’affiche lors de celle-ci.

J’aurais aimé  vous parler de « Tel père tel fils » de Kore-Eda que j’attends impatiemment ou encore de « A touch of sin » de Jia Zhang Ke mais mon cinéma de province a décidé que passer majoritairement des films pour adolescents et des films d’animation était plus intéressant. Me restaient donc « La vie rêvée de Walter Mitty » de Ben Stiller et « Jamais le premier soir » de Melissa Drigeard. Avant de vous parler du premier, je tenais à vous déconseiller et décourager d’aller voir le second qui est sans aucun doute ce que j’ai vu de pire au cinéma  depuis un temps certain. Les personnages ont une psychologie d’enfants de quatre ans, la réalisation est inexistante, les dialogues sont pauvres à pleurer (et pas de rire), c’est écrit et joué comme une sitcom des années 1990 sur tf1, les clichés (en particulier sur les femmes, mais qui peut vraiment oser les voir comme ça aujourd’hui ?!) se comptent par dizaines, c’est simpliste,  vulgaire…et je me demande ce que des acteurs de talent comme Alexandra Lamy (inoubliable dans « J’enrage de son absence de Sandrine Bonnaire) ou Jean-Paul Rouve sont allés faire dans cette galère. Seul le slogan sur l’affiche est finalement parvenu à me dérider les zygomatiques (« attention ce film rend heureux ») tant cette « publicité » est mensongère et tant ce film m’a surtout profondément ennuyée et agacée.

Ben Stiller a au moins le mérite de sembler aimer son sujet, d’avoir une idée originale (…quoique… »La Vie rêvée de Walter Mitty » est une libre adaptation d’une comédie datant de 1947 intitulée « La Vie secrète de Walter Mitty » et le projet n’est pas son initiative) et d’avoir un minimum soigné la réalisation même si on retrouve ce trait commun à nombre de films aujourd’hui, y compris celui évoqué précédemment : des quadragénaires qui se conduisent comme des adolescents attardés. C’est ainsi le cas de « Walter Mitty » (Ben Stiller) qui  est « un homme ordinaire (un homme ordinaire se conduirait donc comme un adolescent attardé), enfermé dans son quotidien, qui n’ose s’évader qu’à travers des rêves à la fois drôles et extravagants. Mais confronté à une difficulté dans sa vie professionnelle, Walter doit trouver le courage de passer à l’action dans le monde réel. Il embarque alors dans un périple incroyable, pour vivre une aventure bien plus riche que tout ce qu’il aurait pu imaginer jusqu’ici. Et qui devrait changer sa vie à jamais. »

 Walter a en effet égaré le négatif n°25, celui-là même qui doit faire la couverture de Life et que lui a envoyé un photographe baroudeur pour qui il travaille depuis des années et qu’il admire tout particulièrement (Sean Penn qui prend très bien l’air du baroudeur libre, concerné, aux sourcils froncés, et tellement amoureux de la beauté et la liberté qu’il préfère ne pas les capturer et les garder pour lui seul, en photographe à principes).

Le pitch était réellement séduisant. Un homme qui, à défaut de vivre ses rêves, s’y évade au point de « déconnecter » de la réalité jusqu’à ce qu’il comprenne que vivre ses rêves « réellement » est encore mieux. Sauf que Walter, notre adolescent attardé est  amoureux de sa collègue qu’il voit tous les jours mais il préfèrerait lui déclarer sa flamme via un site de rencontre sur lequel elle est évidemment inscrite. La collègue (Kristen Wiig, dont le personnage n’est pas du tout développé, servant simplement de faire-valoir) en question semble dès le début s’intéresser à lui. Fin du suspense. On peut imaginer ce qu’un Capra, un Fellini ou Tim Burton auraient fait de ce film, eux qui sav(ai)ent si bien donner une dimension onirique à leurs films mais à force d’osciller entre le rêve et la réalité, Ben Stiller signe un film totalement irréaliste qui ne parvient pas non plus vraiment à faire rêver. Ce sujet avait pourtant tout pour me plaire : un homme qui décide de faire en sorte que les rêves dévorent sa vie afin que sa vie ne dévore pas ses rêves pour paraphraser Saint-Exupéry.

Les paysages sont magnifiques et il s’est visiblement fait plaisir  à nous faire voyager et en nous embarquant notamment en Islande  voir le désormais célèbre volcan  Eyjafjallajökull qu’il quitte d’ailleurs brusquement au moment où le film devenait intéressant. (au passage, très belle photographie de Stuart Dryburgh). Malheureusement, un scénario bancal et l’accumulation de sujets font que l’émotion n’a jamais le temps d’affleurer : Walter a perdu son père jeune, il est confronté à la fin de la presse écrite etc. Par ailleurs, pour un film sur les clichés, il est dommage qu’il en comporte tant (ou alors, est-ce un moyen ironique de faire coïncider la forme et le fond) entre la  parodie ridicule du sublime film « L’étrange histoire de Benjamin Button » ou le personnage du supérieur aussi exagérément stupide qu’arrogant.

« La Vie rêvée de Walter Mitty » a été intégralement tourné en pellicule, la forme rejoignant ainsi le fond (à dessein cette fois) puisque le personnage est développeur sur pellicule pour le magazine Life qui s’apprête à publier son dernier numéro papier pour passer au format numérique sur internet. Finalement, peut-être la seule bonne idée, le film étant davantage un hommage à ces artisans qu’aux doux rêveurs qui ne se reconnaîtront pas forcément dans cette fable vélléitaire dont le dénouement est par ailleurs très très téléphonée.

Reste que le film est une métaphore du cinéma qui permet de donner vie aux rêves les plus fous, et un hommage à celui-ci qui parfois, quand c’est réussi, vous donne envie d’empoigner la vie et vos rêves pour qu’ils ne fassent qu’un. Walter vous donnera donc peut-être envie de faire de vos rêves une réalité, ce qui n’est déjà pas si mal. Mais pour cela, vous pouvez tout aussi bien relire Saint-Exupéry. Et revoir  (ou relire) « L’étrange histoire de Benjamin Button« .

Share this Article

About Sandra Mézière

Romancière (auteur d'un premier roman "L'amor dans l'âme" et d'un recueil de 16 nouvelles sur les festivals de cinéma "Les illusions parallèles", publiés aux Editions du 38) et blogueuse. Passionnée, avant tout. Surtout de cinéma et d'écriture. Diplômée en droit, sciences politiques, médiation culturelle (mémoire sur le cinéma avec mention TB) et d'un Master 2 professionnel de cinéma. 15 fois membre de jurys de festivals de cinéma (dont 10 sur concours d'écriture). 23 ans de pérégrinations festivalières. Blogueuse depuis 13 ans. Je me consacre aujourd'hui à ma passion, viscérale, pour le cinéma et l'écriture par l'écriture de 7 blogs/sites que j'ai créés, 5 sur le cinéma et 2 sur le luxe et la mode ( http://inthemoodforcinema.com, http://inthemoodforcannes.com, http://inthemoodfordeauville.com, http://inthemoodforfilmfestivals.com, http://inthemoodlemag.com, http://inthemoodforhotelsdeluxe.com, http://inthemoodforluxe.com ), de romans; scénarii et de nouvelles. Pour toute demande (presse, contact etc) vous pouvez me contacter à : inthemoodforfilmfestivals@gmail.com ou via twitter (@moodforcinema ). Vous pouvez également me suivre sur instagram (@sandra_meziere).

Browse Archived Articles by

No Comments

There are currently no comments on Critique de « La vie rêvée de Walter Mitty » de Ben Stiller. Perhaps you would like to add one of your own?

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.