IN THE MOOD LE MAGAZINE

DEPUIS 2003. LE BLOG POUR PLONGER "IN THE MOOD FOR CINEMA" SANS MODERATION. LE BLOG DE SANDRA MEZIERE, ROMANCIERE.

Festival Lumière 2014 en direct : programme commenté et rétrospective Claude Sautet

Written by Sandra Mézière. Posted in FESTIVAL LUMIERE DE LYON 2014

Tagged: , , ,

lumiere2014

Published on octobre 13, 2014 with No Comments

Je garde un formidable souvenir de ma venue au Festival Lumière de Lyon où j’avais été invitée à débattre de cinéphilie et d’internet (vous pourrez retrouver mon compte rendu de mes pérégrinations lyonnaises en 2011 en cliquant ici). Depuis, je me promets chaque année d’y revenir mais les vicissitudes de l’existence en ont décidé autrement. Cette année, il se pourrait que je résiste difficilement à l’invitation surtout  qu’un des cinéastes à qui je dois ma passion (folle) pour le cinéma, Claude Sautet, sera mis à l’honneur dans le cadre d’une rétrospective (en bonus, à la fin de cet article, retrouvez ma critique de mon film préféré de Claude Sautet « Un Cœur en hiver » mais aussi  ma critique de « César et Rosalie »), parce que le prix Lumière qui est chaque année un évènement, sera remis à un autre de mes cinéastes de prédilection, Pedro Almodovar et surtout, parce que le programme fourmille de présentations de films auxquelles j’aimerais assister et de classiques du cinéma que j’aimerais (re)voir, surtout que Lyon possède cette particularité de les faire présenter par des acteurs/réalisateurs/scénaristes…cinéphiles qui viennent là non pas pour « vendre » leur travail mais pour partager leur passion et leur cinéphilie. Bref, vous pourrez me suivre en direct du Festival Lumière de Lyon 2014 sur Inthemoodforfilmfestivals.com.

 Ce festival est en effet avant tout celui des amoureux (fous) du cinéma. A Lyon, on ne vient pas pour faire son cinéma, mais pour le célébrer, seul roi du festival, d’autant plus maître du royaume à Lyon qu’il y naquit un (très beau) jour de 1895. Le 19 mars très exactement. « La Sortie de l’usine Lumière à Lyon », la célèbre scène de 45 secondes y a en effet été tournée par les frères Lumière au 21-23 rue Saint-Victor (aujourd’hui, rue du Premier-Film), dans le quartier de Monplaisir, le bien nommé, dans le 8e arrondissement. Et c’est justement là, à l’Institut Lumière, que se trouve le village du festival et où sont projetés un grand nombre de films. Quelle émotion et quel bonheur et quelle judicieuse idée pour un festival qui célèbre ses classiques !

 Le programme de cette 6ème édition est tellement riche qu’il me sera difficile de vous en donner toutes les détails.

Pour cela, je vous renvoie à l’excellent site officiel ou cliquez ici pour découvrir le programme complet en PDF.

Pour les gastronomes, retrouvez mon article sur une adresse à ne pas manquer, partenaire du festival, « Le Café des Négociants ». 

Retrouvez également mes articles suivants sur l’édition 2014 du festival:

Retrouvez mon compte rendu du Festival Lumière de Lyon 2011

Et voici ma petite sélection dans le riche programme du 6ème Lumière de Lyon:

-des Master class, rencontres et séances en présence de: Faye Dunaway, Isabella Rossellini, Ted Kotcheff, Michael Cimino, Michel Legrand

-La remise du Prix Lumière à Pedro Almodóvar qui aura lieu le vendredi 17 octobre à 19h30 à l’Amphithéâtre-Centre de Congrès de Lyon. Après Clint Eastwood, Milos Forman, Gérard Depardieu, Ken Loach et Quentin Tarantino, c’est le cinéaste espagnol Pedro Almodóvar qui recevra le 6e Prix Lumière, à Lyon.

-Ami du festival, Michel Hazanavicius présentera son nouveau film The Search en avant-première. Il sera accompagné de Bérénice Bejo le 18 octobre à 18H. Je vous recommande ce film ne serait-ce que pour le choc du plan-séquence par lequel il débute et pour la révélation d’un acteur qui y crève l’écran (Maxim Emelianov)

Pedro Almodóvar et Tout sur ma mère feront la clôture du festival Lumière, le dimanche 19 octobre à 15h30,  à la Halle Tony Garnier.

Thelma Schoonmaker-Powell, veuve du grand cinéaste Michael Powell et par ailleurs monteuse attitrée de Martin Scorsese (elle a été récompensée de trois Oscars pour Raging Bull, The Aviator et Les Infiltrés) sera à Lyon pour le festival Lumière.

Les grandes projections. Des œuvres gigantesques en copies restaurées et sur grand écran : Apocalypse Now Redux  de Francis Ford Coppola, Ben-Hur  de William Wyler ou 2001, l’Odyssée de l’espace  de Stanley Kubrick…

Le festival Lumière présente le chef-d’œuvre de Hayao Miyazaki, « Le Voyage de Chihiro » sur grand écran ! Une séance pour toute la famille le mercredi 15 octobre à 14h30, dans l’écrin de la Halle Tony Garnier.

Cette année, le festival Lumière visite l’oeuvre de Friedrich Wilhelm Murnau avec, notamment,  Dimanche 19 octobre à 11h, Le Dernier des hommes, Nouvelle collaboration cette année, le dimanche matin, pour un ciné-concert entièrement accompagné à l’orgue par David Cassan. (L’orgue de l’Auditorium est intégré à la salle, un cas unique en France).

Une nuit Alien le Samedi 18 octobre de 21h à l’aube / Halle Tony Garnier Dortoir derrière l’écran et petit-déjeuner offert.

Humoriste, provocateur, agitateur, Coluche est aussi un grand comédien populaire, qui débute au cinéma dans les années 1970 avant d’atteindre les sommets du box-office dans les années 1980. Les facettes de son talent sont multiples, comme le prouvera cette sélection où on le verra tour à tour facétieux, émouvant ou déconcertant. Avec, bien sûr, l’incontournable « Tchao pantin ».

La brocante Cinéma et photographie Cinéma Monplaisir – Lyon – 5e édition Rue du Premier-Film, quartier Monplaisir Lyon 8e – Entrée libre Samedi 18 octobre de 11h à 19h et dimanche 19 octobre de 9h à 18h

Le temps de Claude Sautet. César et Rosalie, Les Choses de la vie… Retour sur l’œuvre à la fois réaliste et intemporelle d’un cinéaste unique, analyste sensible des relations humaines, amicales et amoureuses, qui a dressé un portrait intime de la France sur plusieurs décennies. Tous les films de Claude Sautet seront projetés dans le cadre du festival. Je vous recommande notamment « Un cœur en hiver » et « César et Rosalie » dont vous pourrez retrouver mes critiques ci-dessous.

CRITIQUE de UN COEUR EN HIVER de Claude Sautet

coeur5.jpg

 Lorsqu’on me demande mon film culte,  je cite le plus souvent soit « Le Guépard » de Luchino Visconti, soit « Un cœur en hiver » de Claude Sautet, suscitant régulièrement la perplexité chez mes interlocuteurs concernant le second, et la mienne en retour de constater que beaucoup ne connaissent pas ce film.  Après un certain nombre de visionnages, il me bouleverse, me fascine et m’intrigue toujours autant. Si vous ne l’avez pas encore vu, ou si vous l’avez vu mais n’en gardez qu’un souvenir mitigé je vais essayer de vous convaincre de (re)voir ce film que je considère comme un chef d’œuvre. « Un cœur en hiver » est une adaptation de Lermontov  mais également inspiré de la vie de Maurice Ravel.

coeur2.jpg

Maxime (André Dussolier) et Stéphane (Daniel Auteuil) sont (apparemment) amis et travaillent ensemble dans l’atmosphère feutrée d’un atelier de lutherie. Les violons sont toute la vie de Stéphane, contrairement à Maxime qui vient de tomber amoureux d’une jeune violoniste, Camille (Emmanuelle Béart), rapidement intriguée puis attirée par la retenue singulière de Stéphane. Pour Stéphane, véritable « cœur en hiver », ce n’est qu’un jeu dont il conte l’évolution à son amie Hélène (Elisabeth Bourgine). Stéphane semble n’aimer qu’une seule personne au monde : son maître de violon, Lachaume (Maurice Garrel).

 Sur la tombe de Claude Sautet au cimetière Montparnasse, il est écrit : « Garder le calme devant la dissonance », voilà probablement la phrase qui définirait aussi le mieux son cinéma et peut-être même le mieux « Un cœur en hiver » : d’abord parce que son cinéma est un cinéma de la dissonance, de l’imprévu, de la note inattendue dans la quotidienneté (ici, l’arrivée de Camille dans la vie de Maxime et par conséquent dans celle de Stéphane comme c’est le cas de l’arrivée de David dans « César et Rosalie » ou de Nelly dans « Nelly et Monsieur Arnaud ») et ensuite parce que cette épitaphe fait référence à la passion de Claude Sautet pour la musique, une passion qui s’exprime pleinement ici puisque la musique est un personnage à part entière. Le tempo des films de Sautet est ainsi réglé comme une partition musicale, impeccablement rythmée, une partition dont on a l’impression qu’en changer une note ébranlerait l’ensemble de la composition.

coeur.jpg

C’est par elle, la musique, que Camille s’exprime (d’ailleurs Maxime le dira, elle ne se livre que lorsqu’elle joue) : tantôt sa mélancolie, sa violence (ainsi cette scène où elle enregistre en studio et qu’elle manie l’archet comme une lame tranchante), son désarroi, ses espoirs. C’est aussi à travers elle que Stéphane ressent et exprime ses (rares) émotions notamment lorsqu’un « c’est beau » lui échappe après avoir écouté Camille jouer. La musique ici, aussi sublime soit-elle (celle des  sonates et trio de Ravel) n’est pas forcément mélodieuse mais exprime la dissonance que connaissent les personnages. C’est un élément d’expression d’une force rare, bien plus que n’importe quel dialogue.

La passion est donc celle pour la musique mais aussi celle qui s’exprime à travers elle, l’autre : la passion amoureuse. Celle qui s’empare de Camille pour cet homme hermétique au regard brillant, transperçant qui la fascine, l’intrigue, la désempare.  Le trouble s’empare d’elle dès sa première répétition à laquelle Stéphane assiste. Elle ne parvient pas à jouer, dit qu’elle reprendra un autre jour et puis quand Stéphane quitte la pièce, elle reprend comme si de rien n’était. Ensuite, venue rejoindre Maxime dans l’atelier de lutherie, ce dernier occupé, elle l’attend en compagnie de Stéphane et lui confie ce qu’elle n’avait jamais dit à personne, lui parlant de ses rapports compliqués avec son agent et amie Régine (Brigitte Catillon). Enfin, troisième rencontre déterminante : Stéphane vient la voir jouer, seul, sans Maxime pour la première fois. Ils s’évadent un instant de la répétition pour aller boire un café après avoir traversé la rue sous la pluie. Leurs mains s’effleurent presque subrepticement, négligemment. Stéphane la protège de la pluie avec sa veste. Puis, il l’écoute assis au café, avec son regard scrutateur. Puis, c’est l’absence et le silence de Stéphane mais c’est trop tard : Camille est déjà bouleversée, amoureuse. A priori, racontées ainsi rien d’extraordinaire dans ces trois scènes, pourtant le scénario et la mise en scène de Sautet et surtout ses personnages sont d’une telle richesse que chacune d’elle est plus haletante qu’une scène d’un palpitant thriller. Aucun plan n’est inutile. Comme dans un thriller, chaque plan a une implication sur la résolution.

coeur4.jpg

 Tous les films de Sautet se caractérisent d’ailleurs aussi par le suspense (il était fasciné par Ford et Hawks ) : le suspense sentimental avant tout, concourant à créer des films toujours haletants et fascinants.  Claude Sautet citait ainsi souvent la phrase de Tristan Bernard : « il faut surprendre avec ce que l’on attend ». On ne peut certainement pas reprocher au cinéma de Claude Sautet d’être démesurément explicatif, c’est au contraire un cinéma de l’implicite, des silences et du non-dit. Pascal Jardin disait  de Claude Sautet qu’il « reste une fenêtre ouverte sur l’inconscient ».

Le souffle du spectateur est suspendu à chaque regard (le regard tellement transperçant de Stéphane, ou de plus en plus troublé de Camille) à chaque note, à chaque geste d’une précision rare. Je n’ai encore jamais trouvé au cinéma de personnages aussi « travaillés » que Stéphane, ambigu, complexe qui me semble avoir une existence propre, presque exister en dehors de l’écran. Là encore comme un thriller énigmatique, à chaque fois je l’interprète différemment, un peu aussi comme une sublime musique ou œuvre d’art qui à chaque fois me ferait ressentir des émotions différentes. Stéphane est-il vraiment indifférent ? Joue-t-il un jeu ? Ne vit-il qu’à travers la musique ? « La musique c’est du rêve » dit-il. Ou, selon cette citation de La Rochefoucauld que cite Sautet  fait-il partie de ceux qui pensent que« Peu de gens seraient amoureux si on ne leur avait jamais parlé d’amour » ? A-t-il peur d’aimer ? Ou n’y croit-il simplement pas ? Est-il sincère quand il dit avec une froide tranquillité que Maxime n’est pas un ami, juste « un partenaire ».

coeur6.jpg

Le film commence ainsi de nuit dans l’atelier et se termine de jour dans un café et entre ces deux moments, Stéphane passera de l’ombre à la lumière, d’une personnalité ombrageuse à (peut-être, là aussi, l’interprétation varie à chaque visionnage) un homme capable d’aimer. Un personnage assez proche du personnage de Martial dans « Quelques jours avec moi » (un autre film de Sautet méconnu que je vous recommande, où son regard se fait encore plus ironique et acéré, un film irrésistiblement drôle et non dénué de –douce-cruauté).  « Les films de Claude Sautet touchent tous ceux qui privilégient les personnages par rapport aux situations, tous ceux qui pensent que les hommes sont plus importants que ce qu’ils font (..). Claude Sautet c’est la vitalité. » disait ainsi Truffaut.

Et puis certaines scènes font pour moi partie des plus belles et cruelles du cinéma. Cette scène où dans une voiture, Camille lui avoue l’amour qu’il lui inspire et se livre à lui, ce à quoi Stéphane répond avec tranquillité, jubilation peut-être, froidement en tout cas : « je ne vous aime pas ». Cette scène me glace le sang à chaque fois. Et puis la scène où Camille veut l’humilier à son tour. Elle se maquille outrageusement, le rejoint au café où il a ses habitudes où il dîne avec son amie Hélène. Camille lui crie sa rancœur, sa passion, cherche à l’humilier. La scène est tranchante, violente et sublime comme la musique de Ravel jouée par Camille.

coeur3.jpg

Et puis comment ne pas parler de la distribution, absolument parfaite, à commencer par Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart, sans aucun doute leurs meilleurs rôles auxquels ils semblent se livrer (ou se cacher) corps et âme, d’autant plus ambigus puisqu’ils vivaient alors ensemble. Emmanuelle Béart est à la fois mystérieuse, sensuelle, forte, fragile, fière, brisée, passionnée et talentueuse (elle apprit ainsi le violon pendant un an). Daniel Auteuil donne vie à ce Stéphane énigmatique, opaque, cinglant, glacial, austère qui se définit lui-même comme sournois, parfois révoltant, parfois touchant avec ce regard perçant, tantôt terriblement là ou terriblement absent. L’un comme l’autre, dans leurs regards, expriment une multitude d’émotions ou de mystères. Mais il ne faudrait pas non plus oublier les seconds rôles : André Dussolier, personnage digne qui échappe au cliché de l’amant trompé et qui obtint d’ailleurs le César du meilleur second rôle. Jean-Luc Bideau qui dans une scène courte mais intense aligne les clichés sur la culture et l’élitisme (magnifique scène de dialogue où là aussi Stéphane dévoile une trouble (et pour Camille troublante) facette de sa personnalité. Myriam Boyer, Brigitte Catillon, Elisabeth Bourgine (les femmes de l’ombre avec, chacune à leur manière, une présence forte et déterminante).

 « Un cœur en hiver »  obtint le lion d’argent à Venise. Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart passèrent à côté des César de meilleurs acteurs (que leur ravirent Claude Rich pour « Le souper » et Catherine Deneuve, pour « Indochine »). Claude Sautet obtint néanmoins le césar du meilleur réalisateur (le seul avec celui de Dussolier malgré sept nominations) et celui du meilleur film fut cette année-là attribué à Cyril Collard pour « Les nuits fauves ». Tous les postes du film auraient mérités d’être récompensés : le scénario, l’image d’Yves Angelo, le travail sur la musique de Philippe Sarde, le scénario  de Jacques Fieschi et Claude Sautet…

On retrouve là encore ce qui caractérise les films de Claude Sautet : les scènes de groupe (dont « Vincent, François, Paul et les autres est le film emblématique) et la solitude dans et malgré le groupe, l’implicite dans ce qui n’est pas- les ellipses- comme dans ce qui est-les regards- (Ah le regard tranchant de Daniel Auteuil! Ah, ce dernier plan !), des scènes de café ( « A chaque film, avouait Sautet, je me dis toujours : non, cette fois tu n’y tournes pas. Et puis, je ne peux pas m’en empêcher. Les cafés, c’est comme Paris, c’est vraiment mon univers. C’est à travers eux que je vois la vie. Des instants de solitude et de rêvasseries. ») les personnages filmés à travers les vitres de ces mêmes cafés, des scènes de pluie qui sont souvent un élément déclencheur, des scènes de colère (peut-être inspirées par les scènes de colère incontournables dans les films de Jean Gabin, Sautet ayant ainsi revu « Le jour se lève » …17 fois en un mois!), des femmes combatives souvent incarnées par Romy Schneider puis par Emmanuelle Béart, des fins souvent ouvertes et avant tout un cinéma de personnages : César, Rosalie, Nelly, Arnaud, Vincent, François, Paul, Max, Mado, …et les autres, des personnages égarés affectivement et/ou socialement, des personnages énigmatiques et ambivalents.

 On a souvent dit de Claude Sautet était le peintre de la société des années 70 mais en réalité la complexité des sentiments de ses personnages disséquée avec une rare acuité est intemporelle.  S’il est vrai que la plupart de ses films sont des tableaux de la société contemporaine, notamment de la société d’après 1968, et de la société pompidolienne, puis giscardienne, et enfin mitterrandienne,  ses personnages et les situations dans lesquelles il les implique sont avant tout universels, un peu comme « La Comédie Humaine » peut s’appliquer aussi bien à notre époque qu’à celle de Balzac.

Le personnage de Stéphane ne cessera jamais de m’intriguer, intrigant le spectateur comme il intrigue Camille, exprimant tant d’ambiguïté dans son regard brillant ou éteint. Hors de la vie, hors du temps. Je vous le garantis, vous ne pourrez pas oublier ce crescendo émotionnel jusqu’à ce plan fixe final polysémique qui vous laisse ko et qui n’est pas sans rappeler celui de Romy Schneider à la fin de « Max et les ferrailleurs » ou de Michel Serrault (regard absent à l’aéroport) dans « Nelly et Monsieur Arnaud » ou de Montand/Frey/Schneider dans « César et Rosalie ». Le cinéma de Claude Sautet est finalement affaire de regards, qu’il avait d’une acuité incroyable, saisissante sur la complexité des êtres, et jamais égalée. Alors que le cinéma est de plus en plus univoque, explicatif, c’est plus que salutaire.

 Une histoire d’amour, de passion(s), cruelle, intense, poétique, sublime, dissonante, mélodieuse, contradictoire, trouble et troublante, parfaitement écrite, jouée, interprétée, mise en lumière, en musique et en images.

Un peu comme l’ours en peluche du « Jour se lève » qui a un œil qui rit et un autre qui pleure, nous ressortons des films de Sautet et de celui-là en particulier, entre rires et larmes, bouleversés, avec l’envie de vivre plus intensément encore car là était le véritable objectif de Claude Sautet : nous « faire aimer la vie »…et il y est parvenu, magistralement. Personne après lui n’a su nous raconter des « histoires simples » aux personnages complexes qui nous parlent aussi bien de « choses de la vie ».

Claude Sautet, en 14 films, a su imposer un style, des films inoubliables, un cinéma du désenchantement enchanteur, d’une savoureuse mélancolie, de l’ambivalence et de la dissonance jubilatoires, une symphonie magistrale dont chaque film est un morceau unique indissociable de l’ensemble, et celui-ci pour moi le plus beau et bouleversant.

CRITIQUE DE « CESAR ET ROSALIE » de Claude Sautet

cesar.jpg

Il y a les cinéastes qui vous font aimer le cinéma, ceux qui vous donnent envie d’en faire, ceux qui vous font appréhender la vie différemment, voire l’aimer davantage encore. Claude Sautet, pour moi, réunit toutes ces qualités.

Certains films sont ainsi comme des rencontres, qui vous portent, vous enrichissent, vous influencent ou vous transforment même parfois. Les films de Claude Sautet, pour moi, font partie de cette rare catégorie et de celle, tout aussi parcimonieuse, des films dont le plaisir à les revoir, même pour la dixième fois, est toujours accru par rapport à la première projection. J’ai beau connaître les répliques par cœur, à chaque fois César et Rosalie m’emportent dans leur tourbillon de vie joyeusement désordonné, exalté et exaltant.

Claude Beylie parlait de « drame gai » à propos de César et Rosalie, terme en général adopté pour la Règle du jeu de Renoir, qui lui sied également parfaitement. Derrière l’exubérance et la truculence de César, on ressent en effet la mélancolie sous-jacente. César donc c’est Yves Montand, un ferrailleur qui a réussi, vivant avec Rosalie (Romy Schneider) divorcée d’Antoine (Umberto Orsini), et qui aime toujours David (Sami Frey), un dessinateur de bandes dessinées, sans cesser d’aimer César. Ce dernier se fâche puis réfléchit et abandonne Rosalie à David. Des liens de complicité et même d’amitié se tissent entre les deux hommes si bien que Rosalie, qui veut être aimée séparément par l’un et par l’autre, va tenter de s’interposer entre eux, puis va partir…

cesar5.jpg

Dans ce film de 1972, qui fut souvent comparé à Jules et Jim de Truffaut, on retrouve ce qui caractérise les films de Claude Sautet : les scènes de café, de groupe et la solitude dans le groupe, la fugacité du bonheur immortalisée, l’implicite dans ce qui n’est pas- les ellipses- comme dans ce qui est-les regards- (Ah, ces derniers regards entre les trois personnages principaux! Ah, le regard de David lorsque l’enfant passe des bras de Rosalie à ceux de César, scène triangulaire parfaitement construite!).

Sur la tombe de Claude Sautet au cimetière Montparnasse, il est écrit : « Garder le calme devant la dissonance », voilà probablement la phrase qui définirait aussi le mieux son cinéma : d’abord parce que son cinéma est un cinéma de la dissonance, de l’imprévu, de la note inattendue dans la quotidienneté (ici, l’arrivée de David) et ensuite parce que cette épitaphe fait référence à la passion de Claude Sautet pour la musique. Claude Sautet a ainsi été critique musical au journal « Combat », un journal de la Résistance, il avait ainsi une vraie passion pour le jazz et pour Bach, notamment. Il a par ailleurs consacré un film entier à la musique, « Un cœur en hiver », (d’après un recueil de nouvelles de Lermontov : « Un héros de notre temps ») le meilleur selon moi tant les personnages y sont ambivalents, complexes, bref humains, et tout particulièrement le personnage de Stéphane interprété par Daniel Auteuil, le « cœur en hiver », pouvant donner lieu à une interprétation différente à chaque vision du film. Le tempo de ses films est ainsi réglé comme une partition musicale, impeccablement rythmée, une partition dont on a l’impression qu’en changer une note ébranlerait l’ensemble de la composition. C’est évidemment aussi le cas dans « César et Rosalie ».

« L’unité dans la diversité ». Pour qualifier le cinéma de Claude Sautet et l’unité qui le caractérise malgré une diversité apparente, nous pourrions ainsi paraphraser cette devise de l’Union européenne. Certes a priori, « L’arme à gauche » est un film très différent de « Vincent, François, Paul et les autres », pourtant si son premier film « Classe tous risques » est un polar avec Lino Ventura et Jean-Paul Belmondo (« Bonjour sourire », une comédie, a été renié par Claude Sautet qui n’en avait assuré que la direction artistique), nous pouvons déjà y trouver ce fond de mélancolie qui caractérise tous ses films. Tous ses films se caractérisent d’ailleurs aussi par le suspense (il était fasciné par Ford et Hawks ) : le suspense sentimental avant tout, concourant à créer des films toujours haletants et fascinants. Claude Sautet citait ainsi souvent la phrase de Tristan Bernard : « il faut surprendre avec ce que l’on attend ». On ne peut certainement pas reprocher au cinéma de Claude Sautet d’être démesurément explicatif, c’est au contraire un cinéma de l’implicite, des silences et du non-dit. Pascal Jardin disait de Claude Sautet qu’il « reste une fenêtre ouverte sur l’inconscient ».

Dans « Nelly et M. Arnaud » se noue ainsi une relation ambiguë entre un magistrat à la retraite, misanthrope et solitaire, et une jeune femme au chômage qui vient de quitter son mari. Au-delà de l’autoportrait ( Serrault y ressemble étrangement à Sautet ), c’est l’implicite d’un amour magnifiquement et pudiquement esquissé, composé jusque dans la disparition progressive des livres d’Arnaud, dénudant ainsi sa bibliothèque et faisant référence à sa propre mise à nu. La scène pendant laquelle Arnaud regarde Nelly dormir, est certainement une des plus belles scènes d’amour du cinéma: silencieuse, implicite, bouleversante. Le spectateur retient son souffle, le suspense, presque hitchcockien y est à son comble. Sautet a atteint la perfection dans son genre, celui qu’il a initié: le thriller des sentiments.

cesar3.jpg

Les films de Sautet ont tous des points communs : le groupe, (dont « Vincent, François, Paul et les autres » est le film emblématique), des personnages face à leurs solitudes malgré ce groupe, des scènes de café,( « A chaque film, avouait Sautet, je me dis toujours : non, cette fois tu n’y tournes pas. Et puis, je ne peux pas m’en empêcher. Les cafés, c’est comme Paris, c’est vraiment mon univers. C’est à travers eux que je vois la vie. Des instants de solitude et de rêvasseries. ») les personnages filmés à travers les vitres de ces mêmes cafés, des scènes de pluie qui sont souvent un élément déclencheur, des scènes de colère (peut-être inspirées par les scènes de colère incontournables dans les films de Jean Gabin, Sautet ayant ainsi revu « Le jour se lève » …17 fois en un mois!), des femmes combatives souvent incarnées par Romy Schneider puis par Emmanuelle Béart, des fins souvent ouvertes et avant tout un cinéma de personnages : César, Rosalie, Nelly, Arnaud, Vincent, François, Paul, Max, Mado, …et les autres, des personnages égarés affectivement et/ou socialement, des personnages énigmatiques et ambivalents.

Claude Sautet, en 14 films, a imposer un style, des films inoubliables, un cinéma du désenchantement enchanteur, d’une savoureuse mélancolie, de l’ambivalence et de la dissonance jubilatoires, une symphonie magistrale dont chaque film est un morceau unique indissociable de l’ensemble. Il a signé aussi bien des « drames gais » avec « César et Rosalie », ou encore le trop méconnu, fantasque et extravagant « Quelques jours avec moi », un film irrésistible, parfois aux frontières de l’absurde, mais aussi des films plus politiques notamment le très sombre « Mado » dans lequel il dénonce l’affairisme et la corruption…

cesar4.jpg

« Les films de Claude Sautet touchent tous ceux qui privilégient les personnages par rapport aux situations, tous ceux qui pensent que les hommes sont plus importants que ce qu’ils font (..). Claude Sautet c’est la vitalité. », disait Truffaut. Ainsi, personne mieux que Claude Sautet ne savait et n’a su dépeindre des personnages attachants, fragiles mais si vivants (à l’exception de Stephan interprété par Daniel Auteuil dans Un cœur en hiver, personnage aux émotions anesthésiées quoique…) comme le sont César et Rosalie.

Ici au contraire ce n’est pas « un cœur en hiver », mais un cœur qui bat la chamade et qui hésite, celui de Rosalie, qui virevolte avec sincérité, et qui emporte le spectateur dans ses battements effrénés. Et effectivement on retrouve cette vitalité, celle de la mise en scène qui épouse le rythme trépidant de César face au taciturne David. César qui pourrait agacer ( flambeur, gouailleur, lâche parfois) face à la fragilité et la discrétion de l’artiste David. Deux hommes si différents, voire opposés, dans leur caractérisation comme dans leur relation à Rosalie que Sautet dépeint avec tendresse, parfois plutôt une tendre cruauté concernant César.

cesar02.jpg

Là se trouve la fantaisie, dans ce personnage interprété magistralement par Yves Montand, ou dans la relation singulière des trois personnages, si moderne. Un film qui n’est pas conventionnel jusque dans sa magnifique fin, ambiguë à souhait. Sans effets spéciaux. Simplement par la caractérisation ciselée de personnages avec leurs fêlures et leur déraison si humaines.

On a souvent dit de Claude Sautet était le peintre de la société des années 70 mais en réalité la complexité des sentiments de ses personnages disséquée avec une rare acuité est intemporelle. S’il est vrai que la plupart de ses films sont des tableaux de la société contemporaine, notamment de la société d’après 1968, et de la société pompidolienne, puis giscardienne, et enfin mitterrandienne, ses personnages et les situations dans lesquelles il les implique sont avant tout universels, un peu comme « La Comédie Humaine » peut s’appliquer aussi bien à notre époque qu’à celle de Balzac.

cesar8.jpg

« César et Rosalie » est un film à l’image de son personnage principal qui insuffle ce rythme précis et exalté : truculent et émouvant, mélancolique et joyeux, exubérant et secret. Un film intemporel et libre, qui oscille entre le rire et les larmes, dans lequel tout est grave et rien n’est sérieux (devise crétoise, un peu la mienne aussi). Un film délicieusement amoral que vous devez absolument voir ou revoir ne serait-ce que pour y voir deux monstres sacrés (Romy Schneider et Yves Montand, l’une parfaite et resplendissante dans ce rôle de femme riche de contradictions moderne, amoureuse, indépendante, enjouée, et triste, incarnant à elle seule les paradoxes de ce « drame gai » ; l’autre hâbleur, passionné, cabotin, bavard, touchant face à Samy Frey silencieux, posé, mystérieux, séduisant mais tous finalement vulnérables, et les regards traversés de voiles soudains de mélancolie ) au sommet de leur art et pour entendre des dialogues aussi incisifs, précis que savoureux (comme pour le scénario également cosigné par Jean-Loup Dabadie)…

cesar01.jpg

Claude Sautet disait lui-même que ses films n’étaient pas réalistes mais des fables. Son univers nous envoûte en tout cas, et en retranscrivant la vie à sa « fabuleuse » manière, il l’a indéniablement magnifiée. Certains lui ont reproché son classicisme, pour le manque de réflexivité de son cinéma, comme on le reprocha aussi à Carné dont Sautet admirait tant « Le jour se lève. » On lui a aussi reproché de toujours filmer le même milieu social (bourgeoisie quinquagénaire et citadine). Qu’importe ! Un peu comme l’ours en peluche du « Jour se lève » qui a un œil qui rit et un autre qui pleure, nous ressortons de ses films, entre rires et larmes, bouleversés, avec l’envie de vivre plus intensément encore car là était le véritable objectif de Claude Sautet : nous « faire aimer la vie »…et il y est parvenu, magistralement. Personne après lui n’a su nous raconter des « histoires simples » aux personnages complexes qui nous parlent aussi bien de « choses de la vie ».

Programme des films de Claude Sautet projetés dans le cadre du Festival Lumière

Classe tous risques  (1960, 1h50) Un gangster en cavale (Lino Ventura) perd sa femme lors d’une fusillade. Un jeune homme (Jean-Paul Belmondo) vient le chercher dans sa planque… Film noir et première œuvre personnelle de Claude Sautet. CNP lu 14h45 | Bron ma 20h30 | Cinéma Opéra me 17h30 | Pathé Bellecour sa 21h45

L’Arme à gauche (1965, 1h43) Cournot (Lino Ventura) est engagé pour estimer un yacht. Le bateau et son potentiel acquéreur disparaissent peu après : Cournot est soupçonné. Un film d’aventure et d’action sur fond de trafic d’armes. Dardilly ma 20h30 | Pathé Bellecour me 10h30

Les Choses de la vie  (1970, 1h25) Victime d’un accident de voiture, Pierre se remémore sa vie entre son ex-femme Catherine et sa compagne Hélène, qu’il voulait quitter. Le film le plus féministe de Sautet, avec Romy Schneider et Michel Piccoli. Pathé Cordeliers ma 11h | UGC Confluence me 20h30 | Tassin la Demi-Lune je 20h30 | Comœdia di 17h

Max et les ferrailleurs  (1971, 1h52) Max (Michel Piccoli), policier obsédé par le flagrant délit, croise par hasard un ami de jeunesse devenu voyou… Un film policier servi par un scénario d’une grande finesse. Avec aussi Romy Schneider. Cinéma Saint-Denis ma 20h30 | Pathé Bellecour me 19h | Comœdia ve 10h30 | Ecully sa 18h

César et Rosalie (1972, 1h51) Rosalie (Romy Schneider) vit avec César (Yves Montand), patron frimeur. Mais l’amour de jeunesse de Rosalie (Sami Frey) réapparaît. Un portrait superbe et intemporel de l’impossibilité du choix amoureux. Pathé Vaise ma 20h | Comœdia me 16h45 | Décines je 20h30 | Pathé Bellecour di 14h30 | Institut Lumière di 19h

Vincent, François, Paul et les autres… (1974, 1h58) Des amis (Montand, Piccoli, Reggiani, Depardieu) se retrouvent tous les week-ends à la campagne. Tous traversent une période sentimentale ou professionnelle difficile. La quintessence du style Sautet, d’une beauté mélancolique. Institut Lumière lu 17h15 | Pathé Cordeliers me 15h | Pathé Bellecour ve 19h45 | Caluire sa 20h30

Mado  (1976, 2h15) Acculé par un escroc, Simon (Michel Piccoli) est au bord de la faillite et cherche à se sortir de ce mauvais pas avec l’aide d’une prostituée. Un film sombre, l’un des préférés de Sautet, autour de la lutte sociale. Comœdia lu 10h30 | Pathé Bellecour ve 14h15 | Cinéma Opéra di 17h30

Une histoire simple  (1978, 1h47) Marie décide d’avorter et de quitter Serge, l’homme qui partage sa vie. Sautet écrit ce film de femmes pour Romy Schneider, et lui offre un rôle de femme libre et indépendante, l’entourant d’un beau chœur d’actrices. Comœdia je 10h30 | Cinéma Opéra ve 14h30 | Pathé Bellecour sa 10h30

Un mauvais fils (1980, 1h52) En sortant de prison, Bruno (Patrick Dewaere) s’installe chez son père (Yves Robert), où la tension règne. Il trouve un emploi chez un libraire (Jacques Dufilho) où travaille l’énigmatique Catherine (Brigitte Fossey). Bouleversant. Comœdia ma 10h30 | Pathé Bellecour ve 10h30

Garçon !  (1983, 1h30) Chef de rang dans une brasserie parisienne, Alex économise pour transformer son terrain de Noirmoutier en parc d’attractions. Il rencontre Claire… Un film plein de fantaisie, de liberté, avec Yves Montand et Nicole Garcia. Pathé Bellecour lu 14h30 | Cinéma Opéra je 19h15 | Saint-Genis-Laval sa 20h30 | Pathé Cordeliers di 17h

Quelques jours avec moi  (1988, 2h11) Martial n’a plus goût à rien. Envoyé en province, il rencontre le pittoresque Fonfrin et sa bonne… L’histoire d’une résurrection, un film insolite, avec Daniel Auteuil, Sandrine Bonnaire et Jean-Pierre Marielle. Pathé Bellecour je 14h | Comœdia sa 10h30 | Cinéma Opéra di 14h30

Un cœur en hiver  (1992, 1h45) Stéphane et Max, amis de toujours, travaillent dans un atelier de lutherie. Amoureux d’une cliente, Max la présente à Stéphane… Emmanuelle Béart, André Dussollier, Daniel Auteuil, et Sautet au sommet de son talent. Caluire je 20h30 | Pathé Bellecour sa 14h | Pathé Cordeliers di 10h30

Nelly et Monsieur Arnaud  (1995, 1h47) Nelly (Emmanuelle Béart) accepte un travail de dactylo chez un riche sexagénaire (Michel Serrault) pour écrire ses mémoires… Dernier film de Sautet, synthèse de son œuvre. Avec Charles Berling et Jean-Hugues Anglade. Pathé Bellecour ma 14h30 | Pathé Cordeliers je 10h45 | UGC Astoria sa 20h30

Documentaire

Claude Sautet ou la magie invisible  de N.T. Binh (2003, 1h22) Un portrait nuancé, avec des interviews de Claude Sautet, Jean-Paul Rappeneau, Bertrand Tavernier, Philippe Sarde, Jean-Louis Livi, Jean-Loup Dabadie… Villa Lumière je 15h

Share this Article

About Sandra Mézière

Romancière (auteur d'un premier roman "L'amor dans l'âme" et d'un recueil de 16 nouvelles sur les festivals de cinéma "Les illusions parallèles", publiés aux Editions du 38) et blogueuse. Passionnée, avant tout. Surtout de cinéma et d'écriture. Diplômée en droit, sciences politiques, médiation culturelle (mémoire sur le cinéma avec mention TB) et d'un Master 2 professionnel de cinéma. 15 fois membre de jurys de festivals de cinéma (dont 10 sur concours d'écriture). 23 ans de pérégrinations festivalières. Blogueuse depuis 13 ans. Je me consacre aujourd'hui à ma passion, viscérale, pour le cinéma et l'écriture par l'écriture de 7 blogs/sites que j'ai créés, 5 sur le cinéma et 2 sur le luxe et la mode ( http://inthemoodforcinema.com, http://inthemoodforcannes.com, http://inthemoodfordeauville.com, http://inthemoodforfilmfestivals.com, http://inthemoodlemag.com, http://inthemoodforhotelsdeluxe.com, http://inthemoodforluxe.com ), de romans; scénarii et de nouvelles. Pour toute demande (presse, contact etc) vous pouvez me contacter à : inthemoodforfilmfestivals@gmail.com ou via twitter (@moodforcinema ). Vous pouvez également me suivre sur instagram (@sandra_meziere).

Browse Archived Articles by

No Comments

There are currently no comments on Festival Lumière 2014 en direct : programme commenté et rétrospective Claude Sautet. Perhaps you would like to add one of your own?

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.