IN THE MOOD LE MAGAZINE

DEPUIS 2003. LE BLOG POUR PLONGER "IN THE MOOD FOR CINEMA" SANS MODERATION. LE BLOG DE SANDRA MEZIERE, ROMANCIERE.

CRITIQUE – MARIUS et FANNY de Daniel Auteuil (d’après l’oeuvre de Marcel Pagnol)

Written by Sandra Mézière. Posted in Cinéma, Critiques de films à l'affiche, Critiques des films à l'affiche en 2013

Tagged: , , ,

fanny

Published on juillet 10, 2013 with No Comments

fanny.jpg

 L’adaptation d’un classique suscite toujours la méfiance surtout quand ce classique a déjà été (brillamment, en l’occurrence) adapté. Ce fut le cas récemment avec le Gatsby de Baz Luhrmann qui a réussi à nous surprendre, et agréablement, après la très belle adaptation qu’avait déjà réalisée Michael Clayton du roman de Fitzgerald. C’est aujourd’hui le cas avec « Marius », « Fanny » et, si tout va bien, prochainement, « César », adaptés par Daniel Auteuil qui ne s’est pas facilité la tâche en reprenant le rôle de César, indissociable de Raimu, tout en s’attelant aussi à la mise en scène.  Mais comme le dit lui-même Daniel Auteuil, il ne s’agissait pas de réaliser un remake mais plutôt une nouvelle adaptation des pièces de Pagnol « comme d’autres revisitent inlassablement Shakespeare, Tchekhov ou Molière. »

 Marius et Fanny sont les deux premières parties de « La Trilogie marseillaise », pièce de théâtre de Marcel Pagnol, adaptées à l’écran par Alexander Korda (« Marius » sorti en 1931) et Marc Allégret (« Fanny » en 1932). Marcel Pagnol avait participé à l’écriture du scénario de ces deux films et avait ensuite lui-même réalisé « César ».

 C’est en avant-première que j’ai eu le plaisir de découvrir « Marius » et « Fanny », deux films qui sortiront en salles ce même jour, le 10 juillet 2013. C’est Daniel Auteuil qui, avec beaucoup d’humilité, d’enthousiasme et de passion a présenté la projection avant de répondre à des questions de la salle pendant une vingtaine de minutes. Membre du jury du dernier Festival de Cannes, il restera pour moi éternellement le Ugolin  des films de Claude Berri pour lequel il avait obtenu le César du meilleur acteur (une autre adaptation de Pagnol) et Stéphane dans « Un cœur en hiver » de Claude Sautet (un de mes films préférés dont vous pouvez retrouver ma critique, ici, je cite souvent ce film mais si ce n’est déjà fait, voyez-le, j’espère vous en convaincre avec ma critique précitée), également inoubliable dans le méconnu « Quelques jours avec moi » de ce même Claude Sautet, et dans tant d’autres rôles. Ci-dessous, la vidéo de la rencontre avec Daniel Auteuil, malheureusement quasiment inaudible (ce dont je suis d’autant plus désolée que Daniel Auteuil a répondu avec beaucoup de sincérité et de conviction aux questions de la salle).

 

auteuil 002.JPG

 Daniel Auteuil aurait pu confortablement rester à attendre les rôles. Alors que nombre d’adaptations sont aujourd’hui réalisées par opportunisme (l’adaptation d’un livre a succès a forcément déjà des spectateurs garantis), il ne fait aucun doute que c’est par passion (communicative) pour Pagnol que Daniel Auteuil a décidé de s’emparer de cette célèbre trilogie, après avoir déjà adapté Pagnol en 2010 avec « La Fille du puisatier », un film par lequel j’avais été particulièrement enthousiasmée que ce soit par l’interprétation ou la mise en scène, riche de belles références.

 « Ce que je raconte c’est la trajectoire d’individus qui n’accomplissent pas leur propre vie. Et c’est une tragédie de ne pas pouvoir accomplir son propre destin et c’est ça qui me bouleverse et c’est ça que je raconte, la vie des autres. » a déclaré Daniel Auteuil.

Le destin de Marius et Fanny, faits pour s’aimer et être heureux, est en effet sublimement tragique. L’histoire se déroule sur le Vieux-Port de Marseille, dans le Bar de la Marine tenu par César (Daniel Auteuil) et par son fils Marius (Raphaël Personnaz). Marius ne rêve que d’ailleurs, d’évasion, d’embarquer sur un des bateaux qui passent par Marseille. Fanny (Victoire Belezy), jeune  marchande de coquillages, connait et aime secrètement Marius depuis l’enfance. Marius, sans l’avouer, a toujours aimé Fanny. Seulement, le destin s’en mêle, et les désirs d’ailleurs de Marius vont les éloigner l’un de l’autre.

fanny2.jpg

Si, miraculeusement, vous ne connaissez pas la suite, je préfère ne pas vous en dire davantage. Contrairement à celles des premières adaptations, les affiches des « Marius » et « Fanny » de Daniel Auteuil sont révèlatrices du parti pris du film en ne montrant que les deux personnages principaux, Fanny et Marius, tout comme le fait Daniel Auteuil dans ses films qui transpirent de son amour pour ces personnages beaux et simples, et tragiques, et pour ces acteurs qu’il voulait « incandescents ». Pari réussi. Le but n’est pas ici de nous faire oublier Raimu, Pierre Fresnay, Orane Demazis, (ils sont d’ailleurs inoubliables), c’est de mettre en lumière les ombres de ces personnages, de porter un nouveau regard sur eux. Gommant « le folklore », il recentre sur l’essentiel, les désirs (contrariés), et les liens entre les personnages.

Il remet ainsi au goût du jour un cinéma populaire au sens noble du terme, celui que certains nommaient avec mépris « de qualité française » mais qui a au contraire mérité ses lettres de noblesse, un cinéma qui met en exergue la beauté des décors, des dialogues, des êtres et, souvent, la tragédie de leurs destins. Les décors m’ont d’ailleurs fait penser à ceux de Trauner dans les films du réalisme poétique. Les deux films ont ainsi été tournés en partie dans les studios de Bry-sur-Marne, mais aussi à Marseille et en région PACA.

En centrant le film sur les personnages, avec cette atmosphère de « réalisme poétique », Daniel Auteuil met l’accent sur l’universalité et l’intemporalité des textes de Pagnol et de ce que vivent ses personnages : envie d’ailleurs, perte d’innocence, force de l’amour paternel et romantisme désespéré.

 Peut-être un peu plus statique (et par la force des choses, l’action se déroulant essentiellement au Bar de la Marine) que « La fille du puisatier », ces nouvelles versions de « Marius » et « Fanny » ne relèvent pas pour autant du théâtre filmé d’autant plus que Daniel Auteuil s’est entouré des meilleurs : Karine Charpentier pour les costumes, Jean-François Robin pour la (magnétique) photographie et Alexandre Desplat pour la musique, d’ailleurs les mêmes que pour « La Fille du puisatier ». Les scènes mythiques du cocktail et de la partie de cartes sont présentes ici. Daniel Auteuil n’a pas cherché à les éluder, ni à les copier, mais à les jouer (vivre) en toute humilité.

Dans le rôle de Fanny, Victoire Belezy est incandescente comme le souhaitait Daniel Auteuil, d’abord d’une belle innocence puis transie  d’amour, ensuite sacrifiant son amour pour que Marius puisse réaliser son rêve, puis se sacrifiant (et sacrifiant Marius) pour son enfant et pour Panisse (il me semble d’ailleurs que Jean-Pierre Darroussin, une nouvelle fois impeccable dans ce rôle sur le fil, est plus humain et nuancé que dans la précèdente adaptation). Une Fanny qui passe de l’innocence dans « Marius » à la responsabilité dans le film éponyme. Raphaël Personnaz, fougueux, inconscient et suivant ses désirs d’ailleurs, est à nouveau irréprochable, quelques mois après le formidable « After » de Géraldine Maillet (que je vous recommande à nouveau au passage et dont vous pouvez retrouver ma critique, ici). Leurs faces-à-faces sont les plus beaux moments, certains ont même réussi à me « fendre le cœur ». L’amour et l’admiration de Daniel Auteuil pour ces acteurs et personnages transparaissent et les subliment. Quant à ce dernier, en tant qu’acteur, dans le rôle de César,  il ne fait pas et ne cherche pas à faire oublier Raimu, mais il impose sa charismatique présence dans le rôle du bon et exubérant César,  d’ailleurs plus en retenue que celui de Raimu. Signalons également Ariane Ascaride qui, en quelques scènes, impose la justesse de son jeu.

 Et puis, il y a le plaisir d’entendre ces dialogues chantants et irrésistibles teintés d’humour, de clairvoyance et de mélancolie et évidemment du talent d’auteur de Pagnol :

 « Allez, on ne meurt pas d’amour, Norine. Quelquefois, on meurt de l’amour de l’autre, quand il achète un révolver ! Mais quand on ne voit pas les gens, on les oublie… »

“ Quand on n’a pas d’enfants, on est jaloux de ceux qui en ont et quand on en a, ils vous font devenir chèvre ! La Sainte Vierge, peuchère, elle n’en a eu qu’un et regarde un peu les ennuis qu’il lui a faits ! – Et encore, c’était un garçon ! ”

“L’honneur c’est comme les allumettes, ça ne sert qu’une fois”

“Au fond, voyez-vous, le chagrin, c’est comme le ver solitaire: le tout, c’est de le faire sortir. »

3H15 de beau cinéma populaire d’un romantisme sombre illuminé par la lumière du sud aussi incandescente que les deux acteurs principaux, par l’amour immodéré de Daniel Auteuil pour les mots de Pagnol,  ses personnages et ses acteurs, flagrant, par cet hymne à l’amour, d’un père, d’une femme, et très contemporain en ce qu’il n’est pas forcément affaire de liens du sang, et par leurs sacrifices, toujours aussi bouleversants, bien que nous les connaissions par coeur. Une histoire d’amour(s) éternelle, intemporelle, universelle, parfaite pour cet été. Un cinéma que certains jugeront sans doute trop « classique » mais quand le classicisme a pour but de rendre (joliment) hommage à Pagnol, je l’aime et le revendique.  Vivement « César » !

Share this Article

About Sandra Mézière

Romancière (auteur d'un premier roman "L'amor dans l'âme" et d'un recueil de 16 nouvelles sur les festivals de cinéma "Les illusions parallèles", publiés aux Editions du 38) et blogueuse. Passionnée, avant tout. Surtout de cinéma et d'écriture. Diplômée en droit, sciences politiques, médiation culturelle (mémoire sur le cinéma avec mention TB) et d'un Master 2 professionnel de cinéma. 15 fois membre de jurys de festivals de cinéma (dont 10 sur concours d'écriture). 23 ans de pérégrinations festivalières. Blogueuse depuis 13 ans. Je me consacre aujourd'hui à ma passion, viscérale, pour le cinéma et l'écriture par l'écriture de 7 blogs/sites que j'ai créés, 5 sur le cinéma et 2 sur le luxe et la mode ( http://inthemoodforcinema.com, http://inthemoodforcannes.com, http://inthemoodfordeauville.com, http://inthemoodforfilmfestivals.com, http://inthemoodlemag.com, http://inthemoodforhotelsdeluxe.com, http://inthemoodforluxe.com ), de romans; scénarii et de nouvelles. Pour toute demande (presse, contact etc) vous pouvez me contacter à : inthemoodforfilmfestivals@gmail.com ou via twitter (@moodforcinema ). Vous pouvez également me suivre sur instagram (@sandra_meziere).

Browse Archived Articles by

No Comments

There are currently no comments on CRITIQUE – MARIUS et FANNY de Daniel Auteuil (d’après l’oeuvre de Marcel Pagnol). Perhaps you would like to add one of your own?

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.