IN THE MOOD LE MAGAZINE

DEPUIS 2003. LE BLOG POUR PLONGER "IN THE MOOD FOR CINEMA" SANS MODERATION. LE BLOG DE SANDRA MEZIERE, ROMANCIERE.

Lauréate du concours d’écriture « Calendrier de l’Avent » de My Major Company Books avec ma nouvelle « Un cadeau inestimable »

Written by Sandra Mézière. Posted in Concours de nouvelles, Mes nouvelles, Mes textes ( nouvelles , scénarios...)

Tagged: , , , , , , , ,

books

Published on décembre 30, 2011 with 1 Comment

mmc.jpg

La semaine dernière, je vous avais parlé de la sélection et de la publication de ma nouvelle « Un cadeau inestimable » dans le cadre du concours d’écriture « Calendrier de l’Avent » du site My Major Company Books,  site d’édition et de partage de textes.

mmc2.jpg

 Vous connaissez certainement le site My Major Company qui s’est d’abord fait connaître par les artistes qu’il a lancés dans le domaine musical (Grégoire, Irma, Joyce Jonathan notamment) sur le principe de la contribution des internautes. Depuis plus d’un an, le site a ainsi développé une déclinaison dans le domaine littéraire: My  Major Company Books, site  sur lequel je suis inscrite en tant qu’ « auteur »  (vous aviez d’ailleurs peut-être déjà remarqué l’encart en bas de ce blog vous permettant d’accéder à ma page).

chro4.jpg

Je vous avais d’ailleurs également déjà parlé de ce site auparavant lorsque ma chronique «Qu’est-ce qu’un bon livre? », que vous pouvez retrouver en suivant le lien ci-dessous, y avait été publiée:  

Lire ma chronique « Qu’est-ce qu’un bon livre? » sur My Major Company Books 

 Le règlement de ce concours d’écriture « Calendrier de l’Avent » était le suivant : « Drôle ? Emouvant ? En prose ? En vers ? Sketch ? Souvenir ? Rêve ? Conte ? Racontez-nous votre Noël. Qu’il soit vrai ou inventé. Envoyez vos histoires de Noël. Nous en publierons une chaque jour jusqu’au 24 décembre. La meilleure d’entre elles sera mise en avant sur MMC Books au moment de Noël vie une re-publication avec lien vers votre page auteur et une cover en Home page ! De plus notre partenaire Plume libre publiera également la meilleure chronique sur son site.  Une seule contrainte, celle du format. Comme pour la chronique, vos textes ne devront pas excéder 3500 signes espaces compris ».

Le 26 décembre arrivait donc mon dernier cadeau de Noël, un peu après l’heure, le moins coûteux et le plus réjouissant puisque j’étais désignée comme lauréate du concours. Un blog entier n’y suffirait pas pour vous parler de ma passion pour l’écriture que vous connaissez d’ailleurs sans doute déjà si vous suiviez mes autres blogs. Il m’est déjà arrivé de remporter des concours de nouvelles…mais aussi de participer à de nombreux concours  sans les gagner mais, à vrai dire, même si évidemment gagner est toujours appréciable, le plaisir et la jubilation d’écrire sont toujours ma motivation première (forcément d’ailleurs exacerbée quand il y a une compétition). Le plaisir de jongler avec les mots, de poser un univers, d’y embarquer des lecteurs, de dessiner des personnages, de trouver une chute, de ciseler chaque phrase pour que la fin soit d’autant plus belle et redoutable (ah la célèbre, enviable et sublime musique des mots de Sagan!), constituent à chaque fois une évasion jouissive et une jubilation indicible.

  La nouvelle présente cet avantage sur le scénario que de permettre à son auteur d’être le vrai démiurge, tout à la fois musicien des mots, scénariste de l’histoire, réalisateur…et même de pouvoir endosser les personnalités des personnages… ou encore de voyager dans le temps, et surtout de voir le résultat immédiatement. 

  Une passion qui ne date pas d’hier puisque, à l’âge où d’autres répondaient pompier ou chanteuse quand on leur demandait ce qu’ils souhaiteraient faire quand ils seraient grands ( et où je passais, déjà, pour une extraterrestre quand je me noyais délicieusement dans Balzac ou Hugo, sans doute responsables aussi de cette envie viscérale d’écrire et de mon rougissement rien que d’y songer) je répondais fièrement et timidement « écrivain », inconsciente que j’étais (mais tout de même bel et bien consciente du génie littéraire de ces derniers), mais surtout déjà amoureuse aveugle des mots, et de ce pouvoir inestimable qui me fascine toujours autant qu’est celui de créer un univers à partir d’une feuille blanche, de donner vie à des histoires et des personnages et de susciter des réflexions et des émotions si contrastées.  C’est d’ailleurs à cette passion de l’écriture que je dois d’avoir remporté des concours me permettant d’être de très  nombreuses fois jurée dans des festivals de cinéma, et de vivre des aventures palpitantes. A chaque fois, un défi ludique, une autre manière de convaincre, de jongler aussi avec les mots, et d’une certaine manière de raconter une histoire (mais pas des histoires, hein).

Si vous voulez lire la nouvelle en question, vous pouvez vous rendre directement sur My Major Company Books ou la lire ci-dessous, en bas de cette page. Désormais  dans la rubrique de ce blog consacrée à l’écriture vous retrouverez, à partir de la semaine prochaine, chaque semaine, une nouvelle en ligne (oui, c’est une de mes résolutions pour 2012 que d’oser un peu plus et donc d’oser un peu plus vous donner à lire ce que j’écris).

Vous voulez soutenir mon projet littéraire mis en ligne sur le site My Major Company Books ?  M’aider à être publiée ? Cela tombe bien d’ailleurs puisqu’il s’agit d’un recueil de  nouvelles, 13 nouvelles « romantiques et cruelles » sur le cinéma -qui n’ont rien à voir donc avec ma nouvelle lauréate écrite juste pour le concours-  un recueil enrichi de mes multiples péripéties vécues au cours de 18 années de pérégrinations festivalières mais de vraies fictions, un projet au sujet duquel vous pourrez en savoir plus, ici:  http://www.mymajorcompanybooks.com/#!/meziere .

 Pour me soutenir, inscrivez-vous comme fan sur ma page My Major Company Books en question  et n’hésitez pas à m’attribuer une note et à commenter. Si, par bonheur, la jauge était ensuite ouverte, vous auriez alors la possibilité de devenir mes éditeurs…

major.jpg

 Nouvelle lauréate du concours « Calendrier de l’Avent » sur My Major Company Books (également sur le site, ici:  http://www.mymajorcompanybooks.com/#!/news(286/blog_post_id/8225) ):
 

La neige qui virevoltait avec une révoltante gaieté lui rappelait que, à son image, sa vie avait un jour été d’une insolente beauté, quand Noël ne signifiait pas ce regret amer et cruel du temps passé, quand elle possédait encore l’impertinence que procure ce fugace et illusoire sentiment d’éternité et d’invulnérabilité, ce remord destructeur  nommé jeunesse, quand elle ne regardait pas l’existence à travers une vitre sale et fatiguée, surtout avant qu’elle ne soit plus que la vieille dame de la chambre 7, sans prénom, sans avenir, avant qu’elle ne soit pour ses enfants que la corvée du dimanche, et des jours de fête ironiquement ainsi nommés, et pour les autres qu’une condamnée à mort, pire : à une médiocrité et un ennui épuisants. Elle ferma les rideaux sur cette blancheur agressive, réminiscence torve de sa jeunesse perdue, et sur le souvenir furtif et douloureux d’une petite fille qui avait regardé cette neige et Noël avec des yeux étincelants.

Un léger bruit attira son attention et ses pas feutrés à la porte. Une enveloppe y avait été glissée. Y figurait  un prénom qu’elle n’avait pas lu ou entendu depuis si longtemps. Le sien. Elle se laissa glisser sur le sol sans se préoccuper de savoir si elle pourrait se relever. Puis, elle ouvrit l’enveloppe et dévora ces mots :

« Jeanne. C’est avec toute la folie de ma jeunesse égarée, avec tout l’espoir que suscite Noël que je t’écris, encore bouleversé d’avoir lu ton nom sur ta porte, comme un miracle de Noël. 65 ans après. 65 interminables années avant de te retrouver dans cette antichambre de la mort.

 A cette époque, la guerre avait tué en moi l’innocence et l’espoir réveillés sublimement, en une seconde, en croisant le regard de la fille des nouveaux voisins de mes parents. Puis, chaque jour, nos regards se croisaient avec une intensité fiévreuse.

Aussi incroyable cela soit-il, toute mon existence ce regard m’a porté. Tu n’as jamais su, Jeanne. Tu n’as jamais su que ton souvenir m’a accompagné toute mon existence, même quand d’autres l’ont partagée.

A notre âge, nous sommes censés vivre plus dans le souvenir que dans l’avenir, mais si tu acceptais de m’écrire, nous pourrions prolonger l’un et l’autre. Reprendre ce dialogue qui n’était alors que celui de nos regards. Je sais que c’est un pari fou mais nous n’avons plus de temps à perdre à être raisonnables. N’est-ce pas incroyable que le destin me permette de faire ce pas que je n’ai jamais pu franchir il y a tant d’années ? Jeanne, écris-moi et je serai le plus heureux des hommes.

 Jeanne, j’ai si souvent crié ce prénom dans le silence sans croire entendre un jour un écho. Je t’ai tant cherchée dans les yeux de quelqu’un d’autre. Jeanne, tu possèdes le pouvoir unique de me redonner mes 20 ans.

 J’espère que tu pardonneras ma fougue, celle d’un jeune homme qui renait grâce à toi. Jeanne, acceptes-tu de m’écrire, de tout reprendre depuis ce jour  où tu t’es engagée dans la Résistance, ce jour beau et funeste où je t’ai attendue en vain, une rose à la main, osant enfin et trop tard ?

Jeanne, mon avenir (moi qui pensais que ce mot était à jamais banni de mon vocabulaire), oui, mon avenir t’appartient. Charles, chambre 9. »

 

Jeanne se releva avec une légèreté miraculeuse, ouvrit les rideaux, admira la neige immaculée étourdissante de magnificence, revit, surgi du passé, comme si c’était la veille, un regard d’une douceur ensorcelante, et songea qu’elle venait de recevoir son plus beau cadeau de Noël : sa jeunesse perdue. Et un avenir. A 91 ans.

Share this Article

About Sandra Mézière

Romancière (auteur d'un premier roman "L'amor dans l'âme" et d'un recueil de 16 nouvelles sur les festivals de cinéma "Les illusions parallèles", publiés aux Editions du 38) et blogueuse. Passionnée, avant tout. Surtout de cinéma et d'écriture. Diplômée en droit, sciences politiques, médiation culturelle (mémoire sur le cinéma avec mention TB) et d'un Master 2 professionnel de cinéma. 15 fois membre de jurys de festivals de cinéma (dont 10 sur concours d'écriture). 23 ans de pérégrinations festivalières. Blogueuse depuis 13 ans. Je me consacre aujourd'hui à ma passion, viscérale, pour le cinéma et l'écriture par l'écriture de 7 blogs/sites que j'ai créés, 5 sur le cinéma et 2 sur le luxe et la mode ( http://inthemoodforcinema.com, http://inthemoodforcannes.com, http://inthemoodfordeauville.com, http://inthemoodforfilmfestivals.com, http://inthemoodlemag.com, http://inthemoodforhotelsdeluxe.com, http://inthemoodforluxe.com ), de romans; scénarii et de nouvelles. Pour toute demande (presse, contact etc) vous pouvez me contacter à : inthemoodforfilmfestivals@gmail.com ou via twitter (@moodforcinema ). Vous pouvez également me suivre sur instagram (@sandra_meziere).

Browse Archived Articles by

1 Comment

There are currently 1 Comment on Lauréate du concours d’écriture « Calendrier de l’Avent » de My Major Company Books avec ma nouvelle « Un cadeau inestimable ». Perhaps you would like to add one of your own?

  1. C’est très beau et très triste.

Trackbacks & Pingbacks

  1. Ma (nouvelle) chronique publiée sur My Major Company Books: « Si j’étais un personnage de roman… » | IN THE MOOD – LE MAGAZINE
  2. Mon bilan de l’année 2012 et mon top cinéma des 15 meilleurs films de 2012 | IN THE MOOD – LE MAGAZINE

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.